Le regard d’un enfant

News from Ibonoco

Le temps d’un souvenir, éphémère et frêle filant dans le ciel de la vie d’un père, je n’ai pas su lire dans ton regard noir et pétillant de malice l’enfant que tu n’étais plus… L’éternité a laissé sa place à la jeune femme, l’insouciance et les rires au silence de l’incompréhension, la complicité à la distance d’une relation diplomatique. L’amour est là mais il se cache ayant peur de lui-même et de tout, ne sachant plus comment parler aujourd’hui avec les mots d’antan, ne sachant plus que dire : « je t’aime » à l’imparfait alors que demain attend simplement de se lever sur une aube pleine de promesses.

Le temps d’un baiser, d’une caresse sur le front, juste avant que toutes les étoiles ne s’allument dans le ciel de ta nuit et que les rêves ne t’emportent loin, très loin des tracas des cours de récréation, je n’ai pas su voir grandir…

Voir l’article original 308 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s